Accueil > Etudes, Livres Blancs et présentations sur la veille et l’intelligence > Union pour la méditerranée : Rapport du groupe d’experts réuni au (...)

Union pour la méditerranée : Rapport du groupe d’experts réuni au sein de l’IMRI

dimanche 6 juillet 2008

Faisant suite à la proposition du Président Sarkozy de créer l’Union pour la Méditerranée, l’IMRI (Institut Marocain Des Relations Internationales) a constitué en son sein un Groupe d’Experts composé de Professeurs universitaires, de Chercheurs et Représentants de la Société Civile, ainsi que des Opérateurs économiques. Ce Groupe s’est assigné pour mission d’étudier le Projet d’Union pour la Méditerranée, et de faire un Rapport qui sera soumis aux autorités marocaines concernées, et présenté à l’opinion publique.
Lors de la séance constitutive du 26 Janvier 2008, il a été créé cinq Groupes de Travail qui se sont réunis aux dates suivantes :

• Groupe G1  : (23/02/2008) : Composition géographique de l’Union pour la Méditerranée

• Groupe G2  : (12/04/2008) : Institutions, financement et fonctionnement de l’Union pour la Méditerranée

• Groupe G3  : (26/04/2008) : Projets de développement économique

• Groupe G4  : (17/05/2008) : Questions d’éducation, culture, formation et recherche

• Groupe G5  : (31/05/2008) : Les problèmes de l’environnement

La coordination générale du Groupe d’Experts a été assurée par Jawad Kerdoudi Président de l’IMRI. Les Responsables des Groupes de Travail ont été :

• Groupe G1 : Kerdoudi Jawad : Consultant Economiste et Président de l’IMRI

• Groupe G2 : Maalmi Abdelouheb : Professeur Universitaire et ancien Ambassadeur

• Groupe G3 : Benjelloun Mahmoud : Marine Consultant

• Groupe G4 : Oulhaj Lahcen : Doyen de la Faculté de droit et des Sciences économiques de Rabat- Agdal

• Groupe G5 : Ouazzani Hassan : Professeur universitaire

Cette Union pour la Méditerranée ne devait être composée que des pays riverains de la Méditerranée. Par la suite de l’opposition de l’Allemagne et des réserves des pays du Nord de l’Union européenne, le projet a été amendé lors du Sommet de Hanovre du 03 Mars 2008 entre le Président Sarkozy et la Chancelière Merkel, qui a élargi l’Union Méditerranéenne à tous les pays membres de l’Union européenne. Le compromis de Hanovre a été entériné par le Conseil européen des 13 et 14 Mars 2008, qui a adopté l’appellation définitive : Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée. Ce même Conseil a chargé la Commission européenne de faire des propositions avant le Sommet de Paris, qui doit réunir le 13 Juillet 2008 tous les futurs membres de l’Union du nord et du sud.

De leur côté, les pays Arabes riverains de la Méditerranée ont tenu plusieurs réunions au Caire (24 Mai 2008), à Alger (05 Juin 2008) et à Tripoli (10 Juin 2008). De ces réunions il résulte plusieurs critiques sur le projet d’Union pour la Méditerranée. C’est d’abord la présence d’Israël dans cette future Union qui fait problème pour certains pays Arabes : Algérie, Libye, Syrie. D’autre part, la Libye craint que l’Union pour la Méditerranée ne mette en cause l’Unité arabe et africaine. Enfin, est mis en exergue le manque de contribution financière de l’Union européenne aux futurs projets de l’Union pour la Méditerranée.

De son côté la Turquie est restée très réservée sur l’Union pour la Méditerranée, peu enthousiaste pour un projet volontiers présenté comme un « lot de consolation » au refus de certains pays, dont la France, de l’accepter au sein de l’Union européenne. Les responsables français de leur côté restent confiants dans le projet, et rappellent qu’il est à géométrie variable, ce qui garantit que les absents n’empêchent pas ceux qui le veulent de travailler ensemble.

PDF - 326.8 ko

Documents joints